9e Anniversaire » Au service du corps et de l’âme »

Je souligne aujourd’hui le 9e anniversaire de mon entreprise « Au service du corps et de l’âme » à y travailler à temps plein sans aucun autre revenu que celui de travailleuse de lumière.
 
Peut-être que tu ignores mon histoire alors la voici : Le Reiki a commencé à faire partie de ma vie en 1991 j’avais 17 ans lors d’un accident de moto où j’ai fait un vol plané de 65 pieds. J’ai eu le cadeau de recevoir mon Reiki niveau 1 lorsque j’étais en convalescence à l’hôpital Sacré Cœur après être sortie du coma. Les médecins me disaient que je ne remarcherais pas et si c’était le cas que j’aillais boiter pour le restant de mes jours. C’est grâce à l’auto traitement de Reiki pendant plus d’un an que j’ai remarché et une année de plus pour ne plus boiter. J’ignorais encore à ce moment-là que c’était ma mission de vie de travailler avec mes dons et les énergies.
 
La vie m’a prise dans son tourbillon de mes 19 ans, une agression m’a laissé pour morte dans mon appartement, la colère, la souffrance et l’abandon de mes proches dans cette épreuve m’a amené à prendre un chemin de révolte en croyant que j’étais dans un désir de vivre, d’expérimenter, d’étudier et de travailler alors que j’étais dans une destruction de mon être puisque je n’avais pas pris le temps de guérir de cet événement.
 
En 2003 suite à un burn-out très profond qui m’a amené dans l’anorexie, le goût du suicide et la perte totale de mon identité, j’ai fait un ultime cri à l’aide à Dieu en lui demandant de me montrer une nouvelle route puisque celle que je connaissais m’amenait vers la mort. Le Reiki a encore une fois été placé sur ma route. J’ai décidé que je n’avais rien à perdre et je refais pour la 2e fois tous mes cours de Reiki. C’est avec l’auto traitement de Reiki que j’ai repris confiance en moi, appris à m’aimer, me connecter et accepter mes dons.
 
Après 2 ans de pratique de Reiki sur moi, le retour sur le marché du travail après un congé de plus de 18 mois je commence à remonter la pente et à aimer la personne que je suis. Je commence à prendre ma place, m’affirmer de plus en plus et me guérir.
 
Je vais commencer à offrir des soins Reiki chez moi le soir et la fin de semaine en même que je travaille à l’ACQ. Je vais enseigner les niveaux de Reiki en individuel et en petit groupe dans ma cuisine de mon 2 ½ . Mes dons vont de plus en plus s’amplifier, les communications, les écritures, les images, les ressentis, les façons de faire des soins, les odeurs des présences, les manifestations dans mon appartement, etc., etc., etc. Je vais suivre toutes sortes de formations pour me consolider et chaque fois j’arrive à la formation le matin et à l’heure dîner j’ai déjà le contenu de la formation pour le reste de la journée. Les enseignants sont toujours très froids lorsque je leur dis ce que nous allons apprendre dans l’après-midi et chaque fois me disent que j’ai volé leurs enseignements ! C’est comme ça que j’ai découvert que j’ai également la clairconnaissance alors c’est pour ça que je n’ai jamais étudié et que j’ai toujours fait mes devoirs en écriture automatique tout le temps de mon école alors voilà que ça recommençait avec mes formations de thérapeute, mais là je savais pourquoi et cela m’a permis de l’assumer !
 
Juillet 2009, je suis sur le bord d’un nouveau burn-out ! Je travaille 38 ½ pour l’ACQ comme préventionniste en santé sécurité du travail, je donne des formations le samedi, des soirées de canalisation le vendredi et je reçois les gens les autres jours pour des soins Reiki ou des nettoyages énergétiques. Je sais que je dois prendre une décision ou je garde mon travail et m’y consacre ou j’accepte totalement mon travail dans les énergies en assumant à temps plein ma mission de vie. J’ai peur, je n’ai pas d’argent, j’ai uniquement des dettes et tout le monde me dit que j’ai emploi para gouvernemental où je suis placé pour le restant de mes jours avec les meilleurs avantages sociaux qui existent puisque nous avions le même syndicat que les travailleurs de la construction.
 
La vie avait décidé avant que je le sache de me brasser un peu ! En juillet 2009 j’ai mon amoureux depuis déjà 2 ans, mais on ne vit pas ensemble. Il arrive un soir où il perd les pédales et je me retrouve dans un centre de femmes victime de violence. Je retourne au travail avec des ecchymoses, je boite de la jambe droite et je ne peux me servir de mon bras gauche. Mon patron me retourne à la maison et me dit de prendre ma semaine avant les vacances de la construction. J’entame une thérapie au centre de femmes où je réside pour ma sécurité et je suis totalement perdue puisque je ne comprends pas ce qui m’est arrivé.
 
Dernière semaine de juillet mon papa m’appelle pour me dire qu’il se promenait en voiture et qu’il a éternué. En regardant sa main, il découvre qu’il a du sang plein la main et la bouche. Il rentre d’urgence à l’hôpital de Saint-Jérôme pour découvrir qu’il a le cancer du poumon stade 4 et qu’on doit lui faire l’ablation du poumon droit.
 
Coup de théâtre début du mois d’août, retour de vacances au travail, mon patron m’amène dîner et nous avons une grande discussion ensemble. Je suis prête à retourner à l’université pour aller chercher un énième diplôme pour atteindre un poste de direction à mon travail et diriger une équipe sur les chantiers de construction en santé et sécurité du travail. Le vendredi nous avons un 5 à 7 après le travail et j’ai décidé de ne pas y aller puisque je ne bois pas d’alcool, j’étais sous médication des suites de mon aventure conjugale alors je me suis respecté en rentrant chez moi. Le lundi matin le patron m’annonce que parce que je ne suis pas venu le vendredi au 5 à 7 cela lui a démontré que je ne voulais pas faire partie de son équipe ni obtenir le nouveau poste alors il me licenciait sur-le-champ pour manquement professionnel donc pas de chômage, pas d’indemnité de départ ! Ni une ni deux des gardiens de sécurité m’ont accompagné à mon bureau, vidé le bureau pris toutes mes cartes magnétiques et reconduites à ma voiture !
 
Me voilà sans emploi, sans argent, sans amoureux avec un papa qui va mourir et moi qui dois me reconstruire de ces dernières aventures très intenses que je venais de vivre en l’espace de 30 jours ! J’ai crié à Dieu mon injustice, ma peine, ma colère, ma souffrance et de se sentiment d’être totalement démunie ! Je me retrouve aux droits de la personne avec mon travail pour licenciement abusif parce que je n’ai pas été à un 5 à 7. Une thérapie pour femmes battues suite à la violence physique, verbale, psychologique de mon conjoint et le centre de cancérologie de Laval pour accompagner papa dans sa guérison.
 
C’est à travers toutes ces mésaventures que je vais vivre ma renaissance, me reconstruire, définir mes besoins, devenir autonome émotionnellement, financièrement et matériellement. Je n’ai pas eu de salaire avant le mois de février de l’année suivante puisque ça prit plus de 7 mois pour plaider ma cause auprès du chômage et droit de la personne avant de la gagner ! La vie va me faire le cadeau de croire en moi, en mes dons et d’accepter ma passion dans les énergies, les miracles que j’ai moi-même vécus et de pouvoir partager tout cet amour du divin avec vous tous ! Croyez-le ou non, le téléphone a sonné à partir du 16 août 2009 et les gens me demandaient des disponibilités de jour pour des rendez-vous alors c’est comme ça que j’ai commencé mon travail de lumière à temps plein !
 
Je dis merci à moi d’y avoir cru sans y croire, merci aux êtres divins de m’avoir poussé dans ma voie, merci à ce conjoint d’avoir montré sa vraie nature, merci à mon papa qui s’est battu pendant 4 ans pour ce cancer et qui est maintenant mon ange gardien. Sans cette perte d’emploi, je n’aurais pas pu accompagner mon papa pendant 4 ans dans la guérison, les dialogues et toutes ces étapes vers le pays des anges. Sans cette perte d’emploi, je n’aurais pas pu faire cette thérapie pendant 1 an au centre pour femmes ni recevoir l’aide de CAVAC et CALAC. Tout cela m’a permis de me reconstruire, de découvrir ma vraie nature, de retrouver ma force et de croire en moi.
 
C’est dans la plus grande noirceur de mon être que j’ai trouvé cette étincelle de lumière à laquelle je me suis accroché et qui m’a fait croire que je pouvais me relever, me retrouver et découvrir qui est la véritable Ysabeille dans son Essence divine.
 
Merci à vous tous d’être sur ma route, d’être des miroirs de mon histoire, d’être des apprentissages sur ma route de l’ouverture du cœur pour continuer d’ouvrir à cette grande connexion divine qui est la priorité dans ma vie !
 
Merci ! Histoire vraie d’Ysabeille

 

© 2018, . Tous droits réservés pour tous pays